Dr Makalé TRAORE: Une dame intellectuelle aux parcours inimaginables

0
608

Actuelle Présidente du Réseau des Femmes Ministres et Parlementaires de Guinée, Présidente de la Coalition des Femmes et Filles de Guinée, cheffe d’entreprise, professeure d’université, Dr Makalé Traoré a un parcours qu’elle qualifie de classique.

D’abord à 16 ans, elle avait déjà le baccalauréat. Après les études universitaires, son souci a été de poursuivre les études doctorales, qu’elle aura d’ailleurs sans tarder grâce à un courage et une intelligence remarquables.

Dr Makalé Traoré a enseigné à l’Université de Montpellier pendant quatre (4) ans avant de rentrer définitivement en Guinée en 1995 pour partager ses expériences reçues de l’étranger. Dans son pays, elle va s’orienter en privé. Là, elle va créer sa toute première entreprise dans l’équipement informatique et bureautique puis une imprimerie.

En 2007, Makalé se lance dans les BTP, en particulier dans le reprofilage des pistes rurales. Ce qu’il ne faut pas négliger, Dr Makalé Traoré s’est mise à la disposition des universités de son pays gratuitement pendant 10 ans, pour transmettre à la nouvelle génération ce qu’elle a apprise à l’occident pour une Guinée meilleure.

Le manque du corps enseignant chercheur dans les universités guinéennes, Madame Makalé s’est sacrifiée humblement en répondant à cette question pour dispenser des cours du droit international économique, les financements internationaux et les grands contrats internationaux.

A l’époque, les études étaient beaucoup plus rigoureuses qu’au jour actuel. C’est pourquoi, cette dame a bien perçu cette stratégie tôt. « Ceux qui ont fait l’école primaire avec moi, savent que la seule chose qui m’a intéressé, c’était mes études, rien d’autre que cela. Donc, c’est tout d’abord réussir. Alors la plus sérieuse et la plus durable garantie pour l’avenir, c’est l’instruction. Quand vous êtes instruits, qu’on vous aime ou pas, vous restez utile à vous-même et d’une certaine façon utile à votre communauté », s’est-elle rappelé.

Elle ajoute par ailleurs que, lors de la rédaction de son doctorat, elle était confrontée à quelques difficultés d’où elle souffrait d’une méningite et fera 15 jours dans le coma. Elle perdra l’usage de ses jambes à cette ère. « J’ai repris le cours de rédaction de ma thèse, parce que je voulais absolument mener à bout mes études doctorales. Donc je suis quelqu’un qui n’abandonne jamais ! Je suis quelqu’un que les difficultés et les obstacles n’arrêtent pas ».

Étant présidente de la Coalition des Femmes et Filles de Guinée (COFFIG), de par son combat incessant, elle a pu contribuer à l’autonomisation de la gente féminine depuis 2010 en Guinée. « J’ai su rassembler des femmes au-delà de toute appartenance politique, ethnique, confessionnelle et sociale en Guinée car, j’estime que les élections présidentielles de 2010 avaient divisé celles-ci. De nos jours, cette stratégie a permis à autonomiser près de 8.000 femmes sur toute l’étendue du territoire. Un processus qui vient en aide à ce que l’État apporte à ces braves femmes », a-t-elle fait savoir.

Beaucoup des jeunes femmes et filles considèrent Dr Makalé TRAORE comme une référence, une femme modèle dans divers domaines via son engagement et son dynamisme sur le terrain. Pour elle, cette phase n’est possible que dans la volonté de réussir. « L’on ne réussit que par soi-même ! Les autres vous aident. Mais votre réussite, c’est dans vos mains, vos fréquentations, vos attitudes et dans votre envie de réussir. Une femme pour réussir, doit travailler plus que les hommes. Elle devrait aussi être intelligente beaucoup plus que la moyenne obtenue et se battre contre les pesanteurs socioculturelles. Une femme doit également avoir une volonté farouche et ne jamais céder à la facilité », a précisé Docteur TRAORE.

Pour aller encore loin afin d’atteindre ses ambitions futures, Madame Makalé TRAORE à travers la Coalition des Femmes et Filles de Guinée (COFFIG), compte travailler sur les questions de viol de petites filles et de bébés. Déjà un projet sur les 5 Communes de Conakry environ est exécuté. Après l’installation des élus locaux, il sera question de leur présenter le nombre de viol en 3 mois dans chaque commune.

Au terme de sa narration, elle invite toutes les femmes et filles au travail tout en gardant tête haute pour pouvoir relever les défis qui les attendent. « Travailler ! Travailler ! Et travailler! Elle pari que c’est très dur, mais croit strictement aussi que c’est ce qui paye. Malgré les obstacles, il faut travailler et avoir le goût de ce qu’on fait. Être rigoureux envers soi-même », a-t-elle prodigué.

D. Camara

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici