Djenabou Diallo à la gente féminine : « Dans la vie, rien ne s’acquiert facilement, il faut juste savoir ce que l’on veut »

1
988
Djenabou Diallo, Directrice commerciale et marketing au groupe de presse Gangan Radio Télé

En Guinée, la plupart des femmes se font remarquées dans leur domaine d’activité. Djenabou Diallo en est une d’entre elles. Née à Conakry précisément au Camp Alpha Yaya Diallo, elle est journaliste, Directrice commerciale et marketing au groupe de presse Gangan Radio Télé, sis dans la commune de Matoto. Cette jeune dame est une belle illustration de femme modèle dans le paysage médiatique guinéen qui impressionne assez des jeunes filles.

Vivant avec ses parents depuis toute petite, Djenabou Diallo a eu la chance d’être scolarisée grâce à son père. Cette scolarisation était le fruit de l’amour qu’elle a pour l’école et la curiosité qui l’animait.

Pour ses études, elle a commencé à fréquenté l’établissement public Kwamé Kourouma, situé à Koloma 2 dans la commune de Ratoma où elle a fait le primaire. Après avoir passé l’examen d’entrée en 7ème année, elle a été amenée au collège Soloprimo une autre école publique se trouvant dans la même commune, cette fois-ci dans Koloma 1. Étant bien dans les sciences exactes, cette journaliste a préféré d’autres options dans le but de réaliser ses rêves.

«C’est seulement lorsque j’ai eu le brevet que mes parents m’ont envoyé dans une école privée du nom de Bill Clinton. Au collège j’étais bien en mathématiques, mais mon choix a été les sciences sociales. Je suis de l’ancien système, après le BAC 1, 2 et le concours, je suis rentrée à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia (UGLC) en 2006, option Philosophie. Je suis sortie en 2009 avec un diplôme en maîtrise avec une mention “excellent” en animation culturelle», a-t-elle martelé.

Après l’obtention de son diplôme de maîtrise en animation culturelle de l’une des plus grandes Universités du pays, elle a entamé sa vie professionnelle par des séries de stage avant d’obtenir un emploi dans le monde médiatique guinéen. Pour elle, le combat n’a pas été facile car, elle a connu de licenciement quelque part mais, elle a toujours tenu le coup. « J’ai commencé mon tout premier stage à la radio Djoliba fm. Quelques mois après, j’ai postulé pour la radio planète fm, où je faisais partie de la première équipe. Là également, après quelques mois j’ai été licenciée avec plus de dix autres», a indiqué cette jeune dame.

Suite à ce licenciement, elle s’est reposée durant six mois avant de se lancer pour une nouvelle aventure. Un exploit réussi grâce à l’assistance d’un de leur corporation. Admise de là où elle a postulé, elle n’a pas retardé de se faire remarquer avant d’occuper de poste stratégique.

«Après mon repos de 6 mois, j’ai postulé à Gangan Radio grâce à Aboubakr Diallo, actuel DG de la radio lynx où en 2012 j’ai été prise comme stagiaire. De la radio, j’ai voulu tenter une autre nouvelle expérience aussi à la télévision. C’est en fin 2013, j’ai débuté avec le bulletin de 17h. Aujourd’hui, je suis Journaliste Reporter d’Images. De la radio à la télé, j’anime des émissions comme: carrément féminin, paroles aux citoyens (version télé et radio). Je suis également dans l’équipe des présentateurs du 21h, le plus grand journal de la boîte. Depuis 2015, à côté du journalisme, je suis directrice commerciale et marketing de cette même boîte», s’est félicitée Djenabou.

Avec sa bravoure et son attention particulière dans ce domaine médiatique, Djenabou fait partie des chroniqueurs renommés et rompus à la tâche de l’une des émissions phares dénommée ‘’Carrefour’’ depuis quelques temps de cela.

Passionnée des questions des enfants, cette journaliste garde des bonnes ambitions dans un avenir proche. « J’ai beaucoup de choses qui me tiennent à cœur mais pour le moment, ma priorité c’est de continuer à poursuivre mes études. Plus tard, je compte ouvrir un orphelinat pour les touts petits qui sont abandonnés à eux-mêmes. Le journalisme est devenu une partie de ma vie, alors pourquoi pas créer mon propre média », a-t-elle déclaré.

Pour la nouvelle génération, cette persévérante lance une invite à la couche féminine pour un lendemain meilleur car, selon elle être une femme est un don de Dieu: « Dans la vie, rien ne s’acquiert facilement, il faut juste savoir ce que l’on veut et oser s’affirmer. Pour moi, être femme est un don de Dieu et non une faiblesse. L’éducation reste la meilleure arme pour l’épanouissement de la gente féminine », conclut-elle.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici