Aissatou Lamarana Barry, du rêve de devenir artiste au journalisme

0
936

Aissatou Lamarana Barry connue sous le nom de ‘’Aila Barry’’, est issue d’une famille modeste. Son père avait un engagement hors pair, celui de scolariser tous ses enfants. Un acte qui s’inscrit dans le cadre de combler un vide qu’il n’a pas lui-même bénéficié. C’est pourquoi, Aila Barry est très tôt envoyée à l’école. Voulant devenir artiste, elle est aujourd’hui journaliste animatrice, présentatrice à CIS MÉDIAS.

Originaire de la préfecture de Boké, Aissatou a entamé ses études par la maternelle au Groupe scolaire Espoir. Après elle a été inscrite officiellement à l’école primaire Sophiapole en 1997 au sein de laquelle, elle a eu plein de souvenirs. Après l’obtention de son examen d’entrée en 7ème année qui a d’ailleurs été dure pour elle suite à un changement de domicile, elle a fréquenté le Groupe scolaire Safia École où elle a passé le reste de son cycle secondaire. De là, une fois admise au B.E.P.C, elle a opté pour les sciences sociales dans l’optique de réaliser son rêve.

« Déjà bavarde depuis le bas âge, j’ai toujours rêvé devant le petit écran noir sur blanc du salon. Vouloir être artiste était mon rêve de petite fille. Plus tard quand j’ai eu l’âge de comprendre les choses, j’ai été envoutée par la voix magique de la présentatrice de la RTG Marie Luise Sanoussy. Depuis là, je me suis fixée comme objectif, être une grande Journaliste. Chose que je suis aujourd’hui », a déclaré cette célibataire.

Réussir pour certains est une question difficile voire compliquée. Pour cette animatrice, son secret n’a été que la lecture. Une activité qu’elle estime fruit d’ouverture au monde extérieur. « Mon secret pour atteindre mon objectif était la lecture. Pour moi, les sciences sociales sont synonymes de recherche, mais surtout de lecture. Arrivée en terminale en 2012, j’obtiens mon Bac avec Mention Abien », a-t-elle fait savoir.

Après l’obtention du bac, le choix de la famille était axé sur la médecine pour leur fille. Mais Aila n’était pas dans cette posture d’où elle a été orientée à l’ISIC de Kountia, département journalisme.

Engagée, ambitieuse et déterminée d’aller loin, mademoiselle Lamarana a commencé le milieu professionnel dès la licence 1 à travers des stages pratiques dans sa préfecture natale. « Pendant mes congés de la première année, j’ai fait mon premier stage à la radio rurale de Boké, où j’ai appris beaucoup de choses. Spécialisée en langue du terroir, c’est là que j’ai eu à faire mon premier journal en langue poular. Ensuite, j’ai postulé à Espace Kankandé pour ma deuxième année, ils m’ont accueillie à bras ouverts et j’ai découvert le terrain en faisant des reportages en dehors des murs de l’ISIC. Après mon cycle universitaire, j’ai aussi fait un stage pratique à la radio planète fm », s’est rappelée cette brave demoiselle.

Aila Barry, journaliste animatrice à CIS MEDIAS

Aux dires de cette animatrice de l’émission “cis family” au sein du médias spécialisé sur le sport et la culture, son parcours professionnel a été toujours facilité par le Tout-Puissant Allah. Après ses quatre années de formation au sein de l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication, le marché de l’emploie s’est ouvert à elle comme une fontaine. Ce qui lui a beaucoup aidé d’ailleurs, c’est les stages de formations qu’elle a eu à faire au court de sa vie estudiantine.

« Toutes ces expériences m’ont conduit après les études au groupe de presse Afric Vision. Mon désir de me faire connaître dans ce milieu me pousse vers le terrain. Un conseil de Docteur Bangaly Camara Directeur de l’ISIC de Kountia. Selon lui, le journaliste c’est le terrain. Après une expérience en écriture journalistique, en animation, ou en présentation, je suis restée avec Sabari pendant deux ans », a martelé Aila.

Visionnaire et objective, Aissatou Lamarana Barry se fixe des nouvelles directives dans ce paysage médiatique en Guinée. C’est pourquoi, dès après l’implantation du groupe Cis médias, elle a décidé d’aller se faire des nouvelles connaissances au sein de cette entreprise de presse. « Le désir d’aller voir ailleurs, de découvrir d’autres horizons m’a amené à postuler à CIS Médias en 2016. Depuis cette année, je suis avec ce groupe, et grâce à une émission que j’anime au sein du médias dénommée ‘’Cis Family’’, une famille solide s’est formée autour de cis Médias qui compte plus d’une centaine de membres aujourd’hui », s’est félicitée avec un regard émouvant.

Au-delà de ce parcours, elle a eu l’opportunité de suivre d’autres formations tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. Ces formations ont débuté avec la Fondation Hirondelle Guinée, ensuite stop Palu, avec les journalistes scientifiques de Guinée, les journalistes animateurs de Guinée.

Passionnée par le journalisme, Aila Barry souhaite devenir une référence pour la femme guinéenne. C’est pourquoi, elle entend ses propres business et ouvrir une agence de mariage où elle mettra en valeur les coutumes et mœurs du pays.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici